Biologie des Carabes de France. Le Carabus, de l'œuf à l'insecte parfait en passant par la Larve et la Nymphe

Que mangent les carabes ? Où pondent-ils leurs œufs ? Combien de métamorphoses l'insecte subit-il ?

Les insectes ne grandissent pas comme nous, très progressivement et en gardant la même structure pendant toute la durée de la vie. Il passent par des métamorphoses.
Ainsi, la chenille devient une chrysalide, puis un papillon.
De même, les mouches passent par le stade bien connu de l'asticot avant de gagner leurs ailes et de pouvoir voler.

Les carabes obéissent bien sûr à cette règle, mais ils subissent plus de métamorphoses que d'autres insectes, comme les sauterelles, par exemple, dont les stades juvéniles ressemblent fortement à l'adulte.


Leur cycle de croissance se divise en quatre stades bien distincts :Œuf — Larve — Nymphe — Imago

Au commencement était l'œuf…

Dans notre pays, la reproduction des carabes a lieu soit au printemps, soit à l'automne. Les Carabes étant ovipares, la femelle fécondée dépose les œufs en terre, un par un, dans des loges qu'elle construit en s'aidant de son ovipositeur situé à l'arrière de son abdomen. Les œufs ont une forme de haricot, légèrement arqués, un peu comme les œufs de fourmis, et sont assez variables en taille selon l'espèce. Ils éclosent en moyenne au bout de 10 à 15 jours.


Puis vint la larve…

La larve du carabe est carnivore, et tout spécialement vorace, c'est peu de le dire ! Chez les carabes, larves comme adultes, la digestion est "extra-orale" c'est à dire que tout se passe hors de la bouche. Les tissus de la victime sont machouillés sans merci à l'aide des mandibules, puis imprégnés de sucs digestifs et d'anesthésiants toxiques afin de la tuer. Ils sont absorbés une fois liquéfiés.
Les larves de carabe sont impitoyables, et face à un tel prédateur, le sort des proies (limaces, escargots, chenilles, vers…) est scellé d'avance. On peut le constater sur cette photo où une larve déjà bien développée de Carabe des bois, Carabus nemoralis, dévore un malheureux gastéropode réfugié au fond de sa coquille. Mais cette dernière n'offre aucune échappatoire, et le sort de l'escargot est tout sauf enviable, car la larve, qui est très souple, se joue de ses vaines tentatives et le poursuit jusqu'au fond de sa retraite !
La larve du carabe a ceci de particulier, par rapport à d'autres larves d'insectes, qu'elle mue trois fois avant de passer au stade suivant (la nymphose). Après chacun de ses repas pantagrueliques, elle s'enterre pour prendre le temps de digérer et de rejeter l'enveloppe du stade précédent.
Après trois cycles complets (alimentation - digestion - mue), et lorsqu'elle a atteint le terme de son développement, la larve du carabe s'enfouit pour de bon dans la terre, où elle se creuse une cavité assez vaste qui doit tenir compte de la taille du futur insecte.
Puis, elle rentre dans une sorte de léthargie, pendant laquelle s'opère en elle, à l'abri des regards, des changements profonds qui lui permettront de se métamorphoser en nymphe, qui est l'équivalent chez les carabes de la chrysalide chez les papillons.

Intermède : la nymphose

Entre 10 et 15 jours après son enfouissement, le miracle de la mue "nymphale" va avoir lieu. D'abord, la partie dorsale de la larve va se fendre au niveau du thorax dans le sens de la longueur, permettant l'émergence de la nymphe. En quelques minutes, par contractions successives, la future nymphe refoule peu à peu la dépouille larvaire. Une fois libre, la nymphe d'abord très allongée va se rétracter, de façon à prendre sa forme définitive. À ce stade sont déjà visibles les pattes, mandibules et yeux du futur insecte. Puis ses téguments vont durcir, et tout l'insecte va se rigidifier pour attendre sa dernière mue. C'est une longue période pendant laquelle tout dérangement de l'insecte pourrait lui causer des dommages mortels.


Épilogue : la mue imaginale et la chromatogenèse

Lorsque la nymphe est arrivée à maturité, les pattes se décollent de celle-ci, et après quelques instants, se déploient d'un seul coup. mue imaginale de carabeL'insecte qui est sur le dos doit alors très vite se retourner, afin que les élytres puissent se dégager et croître librement.
Il rejette alors son enveloppe nymphale vers l'arrière. Puis ses élytres "poussent" jusqu'à prendre leur forme définitive.
Il est arrivé au stade final de sa croissance, qu'on appelle "imago" ou "insecte parfait". Le jeune carabe se replie alors sur lui-même et reste immobile, pattes repliées, pour terminer sa maturation. Il est toujours complètement incolore, et il n'est pas encore au bout de ses peines : il lui faut attendre que ses téguments durcissent et prennent leurs couleurs définitives.

La chromatogenèse, c'est à dire l'apparition progressive des couleurs, est le dernier stade du développement et commence juste après la mue imaginale. Elle se produit en même temps que le durcissement des téguments.
Sur cette photo, on reconnait aisément la forme et les sculptures d'un Carabus auronitens, le même que sur la première photo de l'article, mais sans ses couleurs métalliques. Lors de la chromatogenèse, l'insecte passe par toute une gamme de couleurs irisées et nacrées avant d'acquérir ses couleurs définitives, ce qui prend à l'insecte fraîchement "né" entre 24 et 48 heures.
Mais il lui faudra encore une bonne semaine pour obtenir le durcissement complet de ses téguments et devenir l'insecte parfait visible sur la première photo. Bien sûr, tout ceci se passe à l'abri des regards, et dans le cocon protecteur que constitue la loge nymphale, profondément enterrée.
Puis le nouveau carabe creusera le sol vers le haut pour sortir de sa loge, et repartira de plus belle à la chasse aux escargots. D'autres périls l'attendent déjà à la surface, et peut-être aussi des partenaires, car il faut bien assurer sa descendance. Mais ceci est une autre histoire !

• Au printemps, la femelle du carabe pond en moyenne une quarantaine d'œufs, deux à trois semaines après l'accouplement. Les larvules éclosent après une période d'incubation de 10 à 15 jours.

• La larve, qui passe par trois stades de croissance successifs séparés par des mues, met 21 jours à atteindre son développement complet avant de se transformer en nymphe.

• La nymphe ensuite passe 15 jours dans sa loge avant d'entamer sa mue imaginale, mais il faut encore une petite semaine de durcissement des téguments avant que l'insecte sorte de terre.

• Nous sommes alors arrivés au mois de juin : le carabe va passer l'été à se reposer et à manger, puis il va hiverner dans une loge et se reproduira au printemps suivant, car il est nécessaire que l'insecte passe l'hiver au frais pour la maturation de ses organes génitaux.

Credit photos :
1,2 - Photos de l'auteur - Tous droits réservés.
3 - Magnefl CC-BY-SA
4 - Rsbernard CC-BY-SA
5 - Gyorgy Csoka CC-BY-SA
6 - Robert Dessy © Tous droits réservés.

Article par Pierre-Olivier Templier


Lexique...
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Comment les insectes comme les carabes résistent au froid et au gel de l'hiver ?Comportement alimentaire des coléoptères carabes ou carabus.Le scarabée sacré ou Scarabaeus sacer, un rouleur de boule amateur de crottin.Argiopes frelons ou Argiope bruennichi et araignées à toile géométriqueImitation et mimétisme dans le monde des insectes, deuxieme partie : la coloration leure et le mimétisme batésien.Imitation et mimétisme dans le monde des insectes premiere partie : la technique du camouflage.