Lézards de France [4] - le Lézard Vivipare ou Lacerta vivipara : timide, mais attachant

Le lézard vivipare ne pond pas d'œufs !

Le "Lacerta Vivipara" est un curieux reptile, du moins si on l'examine en détail. En effet, à première vue, peu de choses le distinguent de son cousin le lézard des murailles, et surtout pas la couleur de sa robe qui est extrêmement variable.

C'est un animal plutôt petit, puisqu'il ne mesure pas plus de quinze centimètres, et encore, car la queue fait plus de la moitié de l'animal entier. Il arbore une robe brune très variable, parfois complètement noire, parsemée de petits point clairs, les flancs étant quand à eux plus foncés. Une ligne dorsale noire est souvent visible, ainsi que des taches brun foncé régulièrement réparties.
Le mâle, toutefois, a une particularité qui vous évitera de le confondre avec son cousin des murailles : son ventre, notamment l'intérieur de ses cuisses et le dessous de la queue, sont colorés de rouge vermillon ou d'orange vif.lézard vivipare - lacerta vivipara

Alimentation

Il se nourrit d'araignées ou de grillons des bois. Mais il ne dédaigne pas les petits coléoptères, les mouches, les chenilles ainsi que les fourmis, en somme à peu près tous les arthropodes qui conviennent à sa petite taille.
Les prédateurs ne lui font pas la vie facile ! Les petits carnivores et insectivores, les rapaces, les corvidés, les vipères en ont tous fait leur ordinaire. Les jeunes ne sont pas mieux lotis, et dans leur cas il faut ajouter à tous ces prédateurs des oiseaux comme le merle, la grive, la pie-grièche, ainsi que certains grands carabes.

Reproduction

Ce lézard a un mode de reproduction singulier chez les reptiles : comme la Vipère, il est vivipare, ou plutôt ovovivipare. C'est à dire que la femelle garde dans son ventre ses œufs jusqu'à complète incubation, pour littéralement "accoucher" de ses petits déjà complètement formés.lézard vivipare - lacerta vivipara - femelle gestante

Une femelle gestante avec son ventre distendu est visible sur la photo ci-contre.

L'accouplement a lieu dès la fin mars en plaine, plus tard en altitude.
Les mâles, au contraire des autres espèces de lézards, ne sont pas particulièrement agressifs.
Les petits, au nombre de 5 à 8, restent dans le ventre de leur mère jusqu'au mois d'août, voire plus tard si la saison est froide.
Après les naissances, toute cette petite famille reste regroupée au même endroit, se chauffant au soleil, par exemple sur une souche. L'espérance de vie des petits est réduite, et rares sont les spécimens qui atteignent l'âge d'un an.

Comportement

Sa durée de vie est en moyenne de cinq ans, mais il peut parfois vivre jusqu'à sept ou huit ans. Le lézard vivipare aime les clairières et les parties déboisées, les lisières des bois, les chemins forestiers et les tourbières. En altitude on le rencontre dans les vieux murs et les pierriers des prairies ou des forêts claires, ou dans des éboulis toujours orientés vers le sud.
Contrairement aux autres lézards, il n'a pas besoin d'un sol particulier pour l'incubation des oeufs, puisque la femelle les garde en elle. On peut donc le voir aussi dans les prés innondés et les tourbières, à condition qu'ils offrent des refuges secs et ensoleillés, comme des pierres ou des arbres morts, sur lesquels il aime se reposer et se chauffer au soleil.
Il n'est pas familier comme le lézard des murailles, il sera donc difficile de le voir dans votre jardin, à moins que votre maison se situe en bordure d'une forêt ou d'une friche.
Le Lézard vivipare est très casanier, parcourant un territoire d'environ 50 m de diamètre. Les jeunes, en particulier, sont inféodés à leur lieu de naissance. Mais après le premier hiver, ils migrent à une distance n'excédant pas 300 m.
On peut le trouver dans une grande partie de la France, car c'est une espèce qui a colonisé toute l'Europe. Mais il semble préférer les zones de montagne et le nord.
Compte tenu de ses habitudes plutôt discrètes et de sa petite taille, il faudra vous armer de patience pour le dénicher. Contrairement aux autres lézards, il a tendance à se figer dans une parfaite immobilité lorsqu'on l'approche. De plus, au cœur de l'été, il a tendance à rechercher sa nouriture dans l'herbe et à délaisser les rochers où il serait plus visible. Vous aurez donc plus de chance de l'apercevoir au printemps, lorsqu'il a besoin de trouver un endroit bien ensoleillé pour se réchauffer.

Crédit photos :
1 - Ian Kirk CC-BY-SA
2 - Thomas Brown CC-BY-SA
3 - Friedrich Böhringer CC-BY-SA

Article par Pierre-Olivier Templier


Lexique...
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Le lézard des murailles ou podarcis muralis, le plus familier de nos lézardsLe lézard vert ou lacerta bilineata un inquiétant iguane miniatureLe lézard ocellé lacerta lepida notre plus grand lézardAnguis Fragilis alias orvet le lézard sans pattes