Lézards de France - l'Orvet (Anguis fragilis) : un cas à part.

Voilà un animal qui ne fait rien comme tout le monde. Ses pattes l'encombraient ? Il s'en est séparé !


orvet - anguis fragilis

Ce curieux reptile est un lézard qui a perdu ses pattes. On dit qu'il est «apode». Ainsi, on peut souvent le confondre avec une couleuvre ou même avec une vipère. Mais il n'a rien à voir avec ces représentants des serpents.

Du reste, il ne faut pas imaginer que l'absence de pattes l'empêche de se déplacer. Il ondule comme un serpent et se faufile partout avec la plus grande rapidité. Et comme ses téguments sont lisses et sans aspérités, il glisse facilement sur tous les obstacles qui pourraient se présenter, et s'échappe assez facilement lorsqu'on le tient dans la main. Il faut prendre les plus grandes précautions en pareil cas, non que l'orvet présente le moindre danger : il est totalement inoffensif, et de surcroit il ne dégage pas l'odeur nauséabonde de certains serpents.
Mais, comme bien des lézards, il se sépare de sa queue si on le chatouille un peu trop longtemps. Outre le fait qu'un orvet sans queue, ce n'est pas très beau, il faut se rappeler que reconstituer une nouvelle queue fatigue beaucoup l'animal et risque d'entraîner sa mort si la nourriture est rare.

orvet

Habitat et alimentation

On pourra trouver Anguis fragilis dans les recoins sombres des jardins, dans les prairies, les haies et les forêts. Il y trouve de nombreuses cachettes, car c'est un animal discret. Il vit dans tous les milieux où les invertébrés sont nombreux, par exemple, dans les ordures, sous les pierres ou les souches pourrissantes, là où se trouve de la nourriture en décomposition, qu'affectionnent les vers qui constituent l'essentiel de son alimentation. On peut le trouver aussi dans les dépôts d'ordures car il ne dédaigne pas les vieux matelas, ainsi que dans des endroits très humides, par exemple, sous des tôles métalliques, ou sous des tas de vieux sacs plastiques.

Comportement

Il est répandu dans toute la France, jusqu'à 1200 m d'altitude, certains ayant été vus jusqu'à 2000 m. Il hiverne dans un terrier qui peut atteindre 70 centimètres de profondeur, creusé sous des cartons ou des pierres. orvetsEn général, il recycle pour cela un terrier de petit rongeur, mais il sait creuser lui même son abri en cas de besoin. Un tas de fumier, ou tout autre endroit assurant une température clémente peut aussi être mis à profit pour la période de repos hivernal. De plus, cet animal est fort sociable pendant cette période, puisqu'on trouve fréquemment des rassemblements d'orvets hivernant en groupe. Sa taille peut atteindre 50 cm, dont une bonne moitié est constituée par la queue. Il peut vivre trente ans.


Photos
1 - Edaen CC-BY-SA
2 - Laurent André CC-BY-SA
3 - Thomas Brown CC-BY-SA 
Articles
Fleurs en poche
Oiseaux en poche
Arbres en poche
Plus
image